Requiem
Dans une version dépouillée en quatuor à cordes, où l’absence des voix et de la couleur orchestrale n’a rien de frustrant ou de dénaturant pour l’œuvre, le geste chorégraphique devient verbe. Chaque mouvement est une évocation à la fois précise et subtile de l’œuvre originale.
Les quatre instruments offrent une nouvelle couleur des harmonies, des ambiances qui oscillent entre accents terribles et tendres mélodies apaisantes et mélancoliques en nous invitant à redécouvrir l’œuvre dans sa toute intimité.

Dans cette version que propose la chorégraphe Estelle Danvers, le geste chorégraphique redonne vie au mot, dans le silence du chant il lui offre un sens nouveau, quintessence d’une beauté mystique quasi charnelle, profondeur millénaire de la mémoire corporelle des douleurs passées. 
Ici, la danse, par l’énergie vitale du corps, devient l’ultime réponse face à l’inexorable interrogation. Le corps exulte le verbe et l’écriture de Mozart, théâtralement inspirée, musicalement géniale, donne au geste les élans, les tensions et les dissonances parfois.
Estelle Danvers, dans son approche d’un tel chef-d’œuvre, dans son écoute du corps du danseur, dans son travail depuis plusieurs années où la musicalité a une place centrale, en conservant son goût des lignes à la recherche des émotions qui affleurent sous les mouvements, transcende ce Chant des Morts en un éclatant Hymne à la Vie !

Avec le Quatuor Adélys, direction Gersende Mondani

> Création d’un Requiem de Mozart chorégraphié avec le quatuor Adélys - pour le festival Les Escales Brivadoises 2021 (prévu en 2020, reporté au 10 juillet 2021)